GS27 juin

Bilan 80 km/h : les petits arrangements du gouvernement

By EVO France | 29/01/2019

Nous ne lisons pas de la même façon que notre Premier Ministre le bilan 2018 de la Sécurité Routière.

Comme le mentionne le site toujours très bien documenté radars-auto.com, les justifications du Premier Ministre pour acter du succès de sa mesure de réduction de la vitesse sur nationales à simple voie sans séparateur (et donc pour la poursuive) sont fausses. Ou au moins très "orientées".
En effet, Edouard Philippe affirme avec la Sécurité Routière que cette mesure a permis de sauver 116 vies (sur le total de 189 vies sauvées enregistrées en 2018 par rapport à 2017). 

D'une part, mettons l'accent sur le fait que le nombre de tués sur les routes était en 2013 (3268) au même niveau qu'en 2018 (3259) et que 2017 avait déjà connu une baisse, ainsi, les 80 km/h instaurées en juillet dernier ne sont donc pas la raison majeure qui a permis d'atteindre ce résultat. Au delà de ça, l'analyse des chiffres pourtant donnée par le Premier Ministre montre quelques approximations, voire incohérences d'interprétation. 

  1. D'une part, elle repose sur des données provisoires qui peuvent varier à la hausse comme ce fut le cas en 2017 (et rendre cette année record juste "normale"). Ensuite, ces chiffres ne concernent que la France métropolitaine, peut-être parce que les DOM ont enregistré une hausse de la mortalité routière de 3,4% ...

  2. Ensuite, pour trouver un chiffre de 116 tués de moins grâce aux 80 km/h, on ne prend plus pour référence l'année précédente de 2017 comme c'est le cas sur tout le reste du document mais la moyenne des 5 années précédentes, plus favorable pour ce qu'elle essaie de démontrer.

  3. Puis, il indique que sur les 189 tués de moins, 168 l'ont été sur le réseau secondaire (hors ville et autoroute) ... mais pas forcément sur les tronçons à 80 km/h puisque le réseau secondaire comprend des routes limitées à 70, à 80 ou à 90 km/h et même à 80 dans un sens et 90 dans l'autre. Aucune distinction de tronçon n'est faite. 

  4. Enfin, il apparait que sur les 6 premiers mois de 2018, on compte 108 tués de moins et sur les 6 derniers mois durant lesquels a été introduite la limitation à 80 km/h, seulement 81 ! Comment le gouvernement justifie-t-il le succès de cette mesure ? Le plus simplement du monde en affirmant que la destruction des radars sur les deux derniers mois de 2018 a "empêché" de sauver 60 vies supplémentaires !!! 

Et juste pour rappel, si l'on retire cyclistes et piétons du bilan, le nombre d'automobilistes morts sur la route en 2018 est de 1647, celui des motards de 756.
Par ailleurs, à la lecture du graphique de la mortalité routière en illustration, il est malheureux de ne pas voir mentionné les immenses progrès réalisés par les constructeurs en matière de sécurité des véhicules.
On regrettera aussi que le nombre de tués ne soit jamais rapporté au nombre d'usagers en constante hausse depuis les années 70. Si c'était le cas, le chiffre obtenu n'aurait probablement plus la même portée "dramatique" ...

Une chose est certaine par contre. La Sécurité Routière elle même indique que la limitation à 80 km/h a permis de faire baisser la vitesse moyenne des automobilistes de 87 km/h à 83 km/h. Très bien. Mais que démontrent réellement ces chiffres ? Tout simplement qu'auparavant la très grande majorité des usagers roulait sous la limitation des 90 km/h et n'était donc pas verbalisable tandis qu'aujourd'hui, cette grande majorité l'est devenue puisqu'elle circule au dessus des 80 km/h.

Nous sommes en droit de nous demander si l'objectif que le Premier Ministre dit avoir atteint avec sa mesure ne serait pas en fait celui-ci ... 


A LIRE AUSSI